Pour conclure nos interviews sur l’Année du Volley, nous nous sommes intéressés au club de l’ASCA (la Chapelle St Aubin) également lauréat de la première édition.

Benjamin RIGAUD, l’initiateur de cette action a répondu à nos questions.

Pourriez-vous nous contextualiser votre opération ? L’activité a eu lieu le 13 avril 2019 après-midi au gymnase Raoul ROUSSELIERE à La Chapelle Saint Aubin en partenariat avec l’Institut Médico-éducatif Léonce Malécot du Mans (72). Nous avons eu le plaisir d’accueillir 12 jeunes déficients intellectuels ou atteints de troubles divers venus pratiquer du soft-volley. Accompagnés de trois éducateurs, une bénévole professeure de sport et des bénévoles de l’association, nous avons pu partager les plaisirs du soft volley tous ensemble.

En quoi consistait-elle ?
L’après-midi avait pour objectif principal de développer le volley pour tous, et de permettre la découverte du soft volley, particulièrement adapté pour ce public.

Pourquoi avoir choisi de réaliser cette action au sein d’une IME ?
Cela faisait quelques années que nous réfléchissions à des actions à mettre en place avec d’autres partenaires, pour développer le volleyball et aussi le faire connaître. Le partenariat avec l’IME est arrivé naturellement grâce à l’interconnaissance. Le club a une volonté de se développer au niveau des jeunes et de diffuser aussi les valeurs de nos instances notamment la lutte contre les discriminations.

Combien de personnes ont participé à vos séances ?
Il y avait 12 jeunes âgés de 15 à 17 ans, déficients intellectuels ou atteints de troubles divers, accompagnés de 3 accompagnateurs.

Quelles étaient leurs réactions ?
On peut dire que l’appréhension a été la première réaction, peut être autant pour nous de vouloir faire au mieux, que pour eux ne connaissant ni le sport (ou très peu) ni l’environnement. On a pu compter sur tous les participants pour briser la glace, le langage du sport est très pratique pour cela. Très vite, tout le monde a participé et on a passé un super moment.

Quel était le but de votre action ?
Il y avait deux buts lors de cette journée :
Le premier était de faire découvrir aux jeunes de l’IME le Soft Volley en le pratiquant tous ensemble.
Le second était de créer une mixité avec les jeunes volleyeurs participant aux stages organisés par le club en parallèle sur la même journée.

 

L’opération a-t-elle été difficile à mettre en place ?

L’opération a été rapide à mettre en place. L’IME est demandeur d’action et de sollicitation de ce genre pour proposer des activités aux jeunes.
En plus nous avions la chance d’avoir un membre du Bureau qui connaissait le responsable de l’IME et aussi d’avoir une bénévole professeure de sport pour mener à bien la session.

Quel bilan pouvez-vous tirer ?
Cet évènement convivial et sportif a été un véritable succès auprès des jeunes et largement apprécié des membres encadrants.
Partage, collectif, engagement et plaisir, nous n’aurions pas pu espérer mieux pour répondre à ces thématiques portées par le dispositif #annéeduvolley.
C’est important pour nous d’ouvrir les portes du gymnase et d’être aussi intégrés localement pour partager notre passion.

Quel est votre avis sur « l’Année du Volley » ?
L’année du volley est un super outil permettant de stimuler les clubs et très utile en communication pour notre club souhaitant promouvoir le volley et se faire connaitre. On reprend du poil de la bête depuis quelques temps, on a plaisir à s’engager sur ce type d’événement et de faire la promotion du volley surtout dans notre département ou la pratique du volley n’est pas majoritaire ! C’est moderne, stimulant et tout le monde a joué le jeu.

Avez-vous d’autres projets pour cette année ?
Sur la saison 2018-2019, nous avons réalisé 3 actions.
Pour cette nouvelle saison, nous avons réalisé une action solidaire en faveur d’une association qui est engagée contre l’hyperglycinémie sans cétose. Cette maladie est une maladie génétique, rare et avec de lourdes conséquences neurologiques.
Nous avions prévu au mois d’avril, une nouvelle action avec l’IME Léonce Malécot sur nos journées de Stage. Malheureusement à la suite des évènements actuels (coronavirus), nous avons dû annuler notre activité.

Service Communication - Ligue Volley Ball Pays de la Loire