Nous en avons rêvé et nous l’avons vécu. Ces Championnats du Monde Scolaire ont été une aventure humaine et une expérience sportive incroyable. Du 1er au 10 juin dernier le pole volley de sablé sur Sarthe, ou le Lycée Raphael ELIZE de sablé , est parti à BRNO en République Tchèque afin de défendre les couleurs de la France.

Riche d’une 1ère expérience, il y a 2 ans en Serbie, nous avons pu mieux nous préparer à l’évènement et ainsi préparer le groupe à vivre des moments forts en émotion, à gérer la longueur du tournoi  (10 jours) et à prendre un maximum d’expérience sportive.

LE SPORTIF

La 1ère phase

Nous étions dans une poule de 4 à l’origine avec les Pays Bas, Chypre et l’Inde, qui a fait forfait une semaine avant la compétition. Notre 1er match contre Chypre a été très serré et notre groupe a bien su répondre à cette équipe très bonne dans le fond de jeu. Nous gagnons ce match 2 sets à 1 avec des scores très serrés. Notre 2e match se joue contre les Pays Bas, que nous pensions le favori du groupe, contre qui nous faisons un bon match. Nous avons été un peu aidé par la blessure de leur meilleure centrale dès le début du 1er set. Du coup nous terminons 1ère du groupe et évitons le Brésil en ¼ de final.

La 2ème phase

Nous rencontrons en ¼ de final l’équipe de Slovaquie que nous ne connaissions pas du tout. Belle petite équipe assez complète. Nous gagnons le 1er set sur une belle prestation de notre équipe et surtout sur une position ou nous gagnons 9 à 0 en fin de set. Derrière, elles font moins de fautes et nous voyons nos limites dans le jeu offensif. Peu de jeu par le centre. C’est donc une défaite logique que nous regrettons au début car nous serions passés dans les 8 premiers. Presque un exploit…  Au regard de la suite du tournoi, la Slovaquie n’a pas regagné un seul match et ont pris des gros scores à chaque fois. Pour la vie d’un groupe, je ne sais pas si la fin du tournoi dans ces conditions nous aurait beaucoup plu.

En match de classement 9 à 16 nous jouons l’Italie. La plus grosse déception du tournoi. Cette équipe qui ne présente aucune variété offensive repose sur 2 attaquantes et 1 libéro. Nous sommes incapables de nous adapter à 2 attaquantes et incapable de proposer une variation offensive nous permettant d’éteindre cette équipe. Nous déjouons contre nous même. Nous perdons 2 à 0 sans réaction.

Match classement place 13 à 16

Nous rencontrons la Pologne. Belle équipe, complète avec des gabarits et des frappes assez lourdes. Nous proposons un bon match et ce style d’équipe nous correspond beaucoup plus. Les schémas tactiques sont suivis et nous sortons un bon match. Ça fait du bien de gagner avec la manière.

Match de classement 13 à 14

Pour finir en beauté, nous terminons notre dernier match contre une équipe emblématique : la Chine. Nous étions très heureux de jouer cette nation : leur style de jeu et ce qu’elle représente à nos yeux comme le Brésil.

Nous n’étions pas très sereins car ayant vu quelques matchs de cette équipe qui combine beaucoup, nous avions un peu peur que nos joueuses soient surprises et peu habituées à ces attaques en changement de zone (croix et intervalle). Finalement, notre qualité de service les a mis en grande difficulté et elles n’ont pas pu produire le jeu offensif. La production du jeu produit était satisfaisante et nous perdons logiquement 2 sets à 1.

Nous terminons donc à la 14ème place.

Au regard de la finale et des équipes vues sur ce match, les savoirs faire sont bien plus maîtrisés. Le niveau service réception est d’un niveau Elite Française avec des choix tactiques et des trajectoires produites très agressives. La qualité de réception est bonne avec des libéros très performantes.

Au niveau offensif, la grande différence se fait dans la qualité des passeuses et dans la qualité de leur liaison avec les attaquantes (surtout par le centre).

Nous sentons aussi un savoir être de ces joueuses que nous ne retrouvons pas chez nous. Une confiance en soi, une soif de gagner et une combativité étonnante. Surtout chez les Serbes gagnantes du tournoi.

Un autre élément diffère avec ces équipes, ce sont les âges des joueuses. Les équipes finalistes sont constituées de 5 ou 6 juniors (année d’âge 2000). En ce qui nous concerne, nous avons sur nos 12 joueuses (10 cadettes 1ère année d’âge 2002 et 2 cadettes 2 année d’âge 2001). Notre équipe a donc 2 ans de moins en moyenne que ces 2 équipes en finale.  

LES BÉNÉFICES D’UNE TELLE EXPÉRIENCE

Tout d’ abord, nous avons eu la chance d’avoir un groupe de jeunes filles au top du comportement. Elles ont été exemplaires, sérieuses et à l’écoute. Elles ont été au niveau de la compétition. Malgré la longueur de la compétition (10 jours) loin de chez soi et dans un pays étranger, elles ne se sont jamais plaintes et ont accepté les contraintes (par exemple couché à 3h du matin à l’arrivée et un match dès le lendemain). Un Grand MERCI à elles.

Cette compétition a aussi ouvert les yeux à certaines joueuses. Prendre l’avion, se confronter et vivre avec des jeunes filles d’autres pays avec une culture et une langue différente. Comprendre l’intérêt de savoir parler anglais et ainsi se rendre autonome.

Les compétitions internationales Scolaires intègrent toujours des aspects « culturel « et « éducatif » à leur compétition. Le repas des nations. Chaque nation doit apporter des spécialités de son pays et ainsi le faire partager aux autres nations. Chaque pays doit aussi faire une représentation musicale dansée. La France a proposé un French Cancan (bien réalisé entre nous et de bonne qualité). Tout ceci pour favoriser les échanges entre jeunes. Et ça marche pas mal ; Il suffit de voir l’ambiance du dernier soir ou toutes les nations sont mélangées et tous les joueurs s’échangent des maillots (des supers souvenirs).

D’un point de vue volley, se confronter aux différences d’arbitrage (la qualité des 2èmes touches par exemple) le changement de ballon (marque gala) et de voir les savoirs faire des autres nations. Entre autres la chine et la différence de jeu.

Pour nous, entraîneur, cette expérience est unique et elle représente un rêve. Gagner est une chose mais gagner ensemble avec ces jeunes filles avec qui on vit tous les jours en est une autre. La vraie victoire c’est le chemin parcouru avec ces moments difficiles au quotidien, ces prises de têtes et ces doutes. Mais au bout du compte, les efforts, les valeurs et la confiance nous a emmenés à ce rêve.

J’espère qu’un maximum de jeunes vont utiliser cette compétition comme un tremplin pour aller encore plus haut dans le Haut Niveau.

                                                                                                                             Philippe DELAUNE, Entraineur Pôle Espoir de Sablé sur  Sarthe